lundi 3 décembre 2012

Doit on autoriser les courses de VTT dans les Trois Pignons

Le WE dernier avait lieu une des célèbres manifestations VTT traversant la forêt de Fontainebleau et des Trois Pignons : "La Milliacoise". Bien entendu, les organisateurs d'un tel rassemblement ne pouvaient se passer d'un agrément ONF mais, comme pour les autres manifestations sportives du genre, elle fait débat et soulève quelques questions quant à l'autorisation des courses dans notre massif.

Plus généralement, si la pratique du VTT nous semble avoir une grande légitimité à Bleau, il est impératif, pour la sauvegarde des sites, que les pratiquants et organisateurs montrent plus de respect pour la nature, les autres usagers et participent activement à l'entretien des sentiers, la lutte contre l'érosion ou les opérations de ramassage des déchets.



L'occasion nous est donnée de revenir sur ce sujet brulant de la pratique du VTT en forêt de Fontainebleau suite au déroulement de la Milliacoise le 18 novembre. Cette rando à VTT traversant les 3 Pis offre 4 parcours (15, 25, 39 et 57 km), parfaitement balisée par des petites pancartes en bois.
Cependant, à notre grande surprise certains passages empruntent des sentiers piétons, parfois largement inférieurs à 2,5 m mais surtout traversent des zones très sensibles à l'érosion ! Que penser par exemple de ces photos de notre reporter (merci Robert) prises au Rocher Fin.

Et que dire de celle issue d'une vidéo (en bas d'article) où on voit nettement les conséquences d'un freinage/dérapagage.

Photo Robert Courtiau
Descente de la Milliacoise de Novembre 2012 au rocher fin
Et cette rencontre est loin d'être la seule ! Entre septembre et octobre, il y a la Bacotte, l'Uriquoise (jusqu'en 2009), la Bellifontaine, et la Malmontagne. A venir, il y a les courses de Buthiers (24/11) mais surtout la très célèbre Hivernale de Larchant (03/02/2013). Nous parlons là de VTT mais il en est de même avec les trails et autres courses d'orientation même si, les bipèdes font moins de dégats que les deux roues.

Donc, rappelons le, Bleau, par son sol sablonneux, est un terrain très sensible à l'érosion (voir notre page sur l'impact de nos pratique) et, quoi qu'en disent certains VTTistes, les dérapages successifs sont source d'une importante érosion. C'est particulièrement vrai sur les "singles", ces petites sentes où l'on peu à peine doubler, et où les roues creusent l'ornière à chaque freinage. En gros, pour limiter son impact, faut pas freiner !!!



Un exemple typique de Vtt de descente sur une Single  et des dégats causés par le freinage dérapage
On vous met l'intégrale de la vidéo en bas d'article !

Il existe des clubs très impliqués dans l'organisation de manifestations sportives (VTT mais aussi trails, raids...) et ils le sont beaucoup moins quand il s'agit de réparer les dégats : ramasser les déchets, construire des ouvrages de stabilisation du sol ou effacer des balisages sauvages.

A la TL2B nous sommes favorable à une pratique raisonnée et raisonnable du VTT. Nous avons abordé le sujet à de nombreuses reprises notamment lors de notre évocation de la campagne de com' lancé par MBF. Nous profitons donc de l'occasion pour rappeler qui'il existe des règles et une charte tant pour les pratiquants que pour les organisateurs. Nous en profitons aussi pour tirer un grand coup de chapeau à nos amis de Larchant qui, s'ils multiplient les évènements sportifs de qualité n'en oublie pas moins la préservation du site et passent de nombreuses heures à l'entretien des chemins ! Voilà quelques exemples issus de leur travail.





En dehors de ces manifestations, il y a la pratique de loisirs de centaines de personnes. Sur les forums et sites consacrés au VTT, on peut mesurer à quel point notre forêt est populaire mais aussi, parfois, peu respectée.

Il n'est pas normal de croiser des Vttistes dans les réserves biologiques, sur les sentiers balisés pour piétons (GR, PR, Sentiers bleus, TMF et autres 25 bosses), de les voire rouler sur des morceaux de patrimoine historique (murets de carriers par exemple), tracer à la bombe un itinéraire, ou descendre à toute vitesse un layon sans pouvoir s'assurer de la sécurité en cas de rencontre avec un piéton.

Nous aimerions vraiment que les VTTistes aient le droit de pratiquer en forêt sur des sentiers aménagés et balisés par eux à leur attention. Il faut pour cela une volonté de la part du gestionaire et de la part des pratiquants. Des rencontres ont déjà eut lieu dans le passé, souhaitons que l'on arrive à un compromis. Hélas, pour être crédibles, il faut que l'ensemble des pratiquants respecte les règles et pour le moment, c'est pas gagné...

Enfin, pour être complétement honnête et répondre à certaines critiques lues sur la page facebook du circuit des 25 bosses notamment, nous fustigeons aussi les clubs d'escalade qui ne respecterait pas ces chartes de bonne conduite. Ainsi, et bien qu'ils soient très investis dans l'entretien des circuits, la lutte contre l'érosion ou le ramassage des déchets, le bike and run combiné à l'escalade et organisé par les grimpeurs des clubs FSGT de Grimpe 13 et Roc 14 nous paraît tout aussi critiquable dans sa partie VTT.

Mise à jour du 03/12/2012
Un petit message de Robert qui trouve que les WE se suivent et se ressemblent !
Encore des VTT sur une single des Trois Pignons
Robert C.
Bonjour,
Ce matin, nouvelle rando VTT  traversant les 3 Pignons, balisage OK (RAS) mais toujours le même problème ....
J'ai suivi les VTT en courant pendant 1 bonne heure.
Certains passages empruntés par des centaines et des centaines de VTT sont largement inférieurs à 2,5 m (voir photo).
Gros gros coups de frein des VTT et ça creuse bien dans les virages.
Et pourtant cette sente aurait pu être largement évitée.
En effet, il y a juste à côté et en parallèle un chemin (chemin de la vallée de la Charme) qui lui fait plus de 2,5 m.
Mais il est vrai que cette sente est beaucoup plus FUN.
Randonnée VTT organisée par ONCC (Oncy).
Donc très certainement avec accord de l'ONF ? n'est-ce pas ..
Grrr...
Bien cordialement


Nous avons contacté par mail l'ONF qui, visiblement, pour l'instant ne souhaite pas nous répondre sur une manifestation non locale et totalement commerciale qui devrait avoir lieu les 15 et 16 décembre prochain à la Canche aux merciers !


Les deux chartes eco-sentiers sont proposées à tous les pratiquants vététistes, les clubs et les organisateurs d’événements (courses ou randos).

La charte du vététiste (résumé)

  1. Je respecte le sentier, je ne coupe pas les virages et ne crée pas de nouvelles traces
  2. Je respecte les autres usagers, je cède le passage aux randonneurs et aux cavaliers, je maitrise ma vitesse en toute circonstance
  3. Je respecte la faune et la flore, les activités pastorales et agricoles, et ne laisse ni traces ni déchets
  4. Je ne roule que sur des sentiers ouverts et autorisés
  5. Je suis responsable, j’agis, j’informe, j’éduque, pour la sauvegarde et le maintien des sentiers

La charte de l’organisateur (résumé)

  1. Un tracé réfléchi
  2. Combattre les coupes
  3. Un balisage respectueux
  4. Sensibiliser les participants
  5. Débaliser
  6. Réparer les portions détériorées
  7. Laisser la nature se reposer

Liens pour aller plus loin :



Dans nos archives :

Idem sur les courses à pieds 

Les forums :


5 commentaires:

  1. Bonjour
    Tout cela est bien dit !Il y a de la place pour tous , mais chacun sur son chemin et ce n'est pas gagné
    Yves

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Tout d'abord mille excuses à Rems dont le commentaire a été supprimé par erreur ! Pardon !

    Le commentaire était :
    "en attendant c'est moi qui l'entretien le chemin de la video et plus particulièrement l'ensemble des chemins sur cette partie du massif".

    Bravo Rems. Ceci dit, qu'appelles-tu "entretient" ? Plusieurs autres personnes revendiquent l'entretient des sentiers. En général, ils se font connaître de l'ONF pour obtenir les autorisations nécessaires aux petits aménagements... L'as tu fait ? Si pour toi entretient rime seulement avec "rouler dessus" pour qu'il soit bien marqué, c'est gagné... Non, sans rire, t'es tu intéressé aux richesses des zones que tu traverses, à leurs statuts de protection et aux interdictions qui vont avec ? Ce type d'argument est bon quand il correspond à une démarche concertée avecle gestionnaire du site, voir, les autres utilisateurs !

    C'est la même chose qu'avec les balisages sauvages de certains grimpeurs, trailers... "C'est moi qui l'ai fait dans une démarche collective" n'est hélas pas suffisant pour en avoir l'autorisation et l'inscrire dans une démarche de développement durable. Désolé. D'ailleurs, le dernier qui m'a dit le même genre de phrase, c'était un motard à la Padôle ! Il prétendait aussi militer pour CODEVER mais ne s'est pas soucié de remonter les murets de pierres sèches qui se sont écroulés sous sa trace. T'en penses quoi ? Tu pourrais sans doute renforcer la piste par un ou deux ouvrages de stabilisation du sol et éviter le muret...

    Bon, je sais, c'est pas très cool tout ça mais c'est l'autorisation du VTT qui est en cause. Si chacun joue perso dans son coin en aménageant sa petite single, coupant un ou deux arbres par ci, déplaçant un ou deux blocs par là, détruisant les murets témoins d'une industrie disparues ou circulant dans des zones protégées comme le Coquibus...le seul résultat à attendre, c'est une interdiction franche. Voir l'article de demain sur ce sujet

    RépondreSupprimer
  3. Une petite remarque vis à vis de Robert qui met une connotation péjorative dans son "fun".
    Le problème, c'est qu'on est ici dans l'essence même de toutes ces activités de pleine nature. Emprunter un single pour un bon vététiste, c'est augmenter la difficulté technique et physique (et par conséquent le plaisir). C'est clairement ce qui l'anime, sinon, il ferait de la route... Rester sur des chemins de 2.5m c'est comme si on disait à tous les grimpeurs de ne faire que du circuit jaune.
    Si l'on crée des chemins VTT, il faudra clairement prendre en compte cette donnée, or les zones les plus sympas pour un rider sont souvent les mêmes que celles du trailer ou du randonneur. Maintenant, à mon avis, en bricolant les GR/PR/bleus (je suis bien conscient de l'ampleur du boulot et de 'limpact psy à "redonner" une partie de ses parcours fétiches), on peut trouver des zones impossibles au rider (les 25 bosses sont l'exemple typique) qui, par conséquent, peuvent être réservées au piéton.
    En ce qui concerne l'impact de chaque activité, j'aimerai vraiment avoir des études pointues. Il y a tellement de paramètres à prendre en compte individuellement : la conduite, les pneus, le poids, la pratique (le grimpeur qui reste dans les circuits, ou celui qui ouvre), la parution de topo ou circuit sur internet, les chaussures.....
    et collectivement : la quantité de pratiquants par domaine....;

    Pour revenir à la problématique de départ, je suis assez contre toutes les manifestations sportives dans notre forêt (encore plus au coquibus). A la seconde où on fait tourner en une dizaine d'heure des centaines de mecs (que ce soit à pied, vélo, cheval.....) sur un mëme parcours, on dézingue tout.

    Fred Gabiot

    RépondreSupprimer
  4. A la chère forêt de Fontainebleau !
    Remarquable de voir tant de réaction sur les dégâts causés par les VTTistes quand dans le même temps des forêts comme Poligny, Nemours, sont livrées à des hordes de quads dans l'indifférence générale !(Ca doit pas être de la même nature)
    Et là, les dégâts sont sans communes mesures avec ceux observés dans cette forêt.Le passage d'un quad équivaut à des années de pratique VTT.
    De même, les promenades de millions de visiteurs qui sillonnent la forêt chaque saisons, sont elles sans conséquences ?
    Alors pourquoi s'indigner pour quelques chemins , quelques rochers égratignés au regard de l'exploitation outrancière de cette forêt ? Des zones d'abattages toujours plus vaste, des engins de plusieurs tonnes qui rentrent dans le sous bois massacrant tout sur leur passage détruisant des paysage entiers !
    Là curieusement pas de réactions !!
    Alors avant de pêcher la sardine prenez le requin !

    Lionel Geoffroy.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Lionel et merci pour le commentaire,

      Nous sommes bien conscients des problèmes d'érosion anthropiques, y consacrons de nombreux articles et pages ainsi que des actions de terrain. Nous nous indignons aussi de l'exploitation sylvicole depuis des années (là aussi, articles et pages !) Merci de ne pas s'arrêter à la lecture d'un article pour juger...
      Pour ce qui est des quads, nous sommes contre bien entendu mais dans de nombreux coins autours de Nemours ils sont chez eux et sont même parfois propriétaires des terrains !!! Là, on peut rien faire.

      Maintenant, rassurez-vous nous sommes ouvert au dialogue. Pour nous ce qui est difficile c'est d'une part les pratiques en groupe important (Vtt mais aussi trail ou rando) à Bleau et la circulation de certains vététistes sur les sentiers à priori réservé aux piétons. il serait tellement plus simple d'avoir des itinéraire balisés pour vététistes pour éviter accidents et conflits. reste que côté VTT, bien peu agissent pour la sauvegarde de Bleau. Allez sur notre nouvelle édition locale http://tl2bleau.blogspot.fr et portez-vous volontaire au brigade verte par exemple !

      Supprimer

Bonjour, vous pouvez commenter librement sous reserve de respecter les personnes et le droit. Vos commentaires seront publiés après contrôle sous votre responsabilité. Merci. En cas de difficulté, voir FAQ BleauG